Peur des monstres

peur réflexes

Les peurs du soir sont incontrôlables.

La peur n’est jamais rationnelle, mais lorsque l’enfant se retrouve seul, que le silence se fait autour de lui, elle prend encore plus de place.

Si votre enfant a un réflexe de Moro encore actif, il risque d’être en hypervigilance. Alors chaque petit bruit devient un danger, chaque ombre aussi.

Que faire ?

D’abord lui demander « Tu as peur qu’il se passe quoi ?  » (plutôt que « Tu as peur de quoi ? »). Et si les peurs ne passent pas, l’intégration des réflexes peut l’apaiser.

Aaaaaaaah !!!

Une porte qui claque, quelqu’un qui vous fait « bouh ! », un bruit soudain,… et votre cœur s’emballe. Vous criez et mettez du temps à vous remettre de vos émotions.

Moro est sans doute encore actif chez vous et envoie des signaux exagérés à votre cerveau.

Après quelques séances d’intégration des réflexes, à vous les films à suspense !